• La démocratie à nouveau malmenée en MAURITANIE

Le 22 juin 2019, élection présidentielle en Mauritanie.

Mohamed Ould El Ghazouani – le candidat du parti au pouvoir à la présidentielle, ancien ministre de la Défense et héritier présumé du président sortant Mohamed Ould Abdel Aziz -, a officiellement remporté (avec 52 % des voix) la dernière élection présidentielle en Mauritanie (22 juin). Aussitôt annoncés, ces résultats électoraux ont donné lieu à de nombreuses contestations dans le pays et sa capitale (Nouakchott). “On sent ainsi monter, à Nouakchott, l’exaspération d’une partie non négligeable de la population, lassée d’être traitée comme des citoyens de seconde zone condamnés à se débattre pour leur survie quotidienne. Convaincus que la voie des élections ne circule que dans un sens, celui du pouvoir en place, peuvent-ils être tentés d’emprunter les chemins de traverse qui conduiraient à une contestation violente du système ?“, souligne Chritophe Chatelot dans Le Monde Afrique dans un article intitulé : “Les limites de la démocratie mauritanienne”. Juste près l’élection de Mohamed Ould Ghazouani, les autorités mauttaniennes ont interdit toute manifestation et procédé à des arrestations et ont coupé Internet…

Leave a Reply