• Conflit et crise humanitaire au CAMEROUN

Entamée en 2016, la crise au Cameroun anglophone sort enfin de son huis clos et intéresse les Nations Unies (ONU). “Depuis près d’un an, la diplomatie américaine exprime à voix haute son inquiétude sur le conflit qui prévaut entre des groupes sécessionnistes et les autorités camerounaises dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.”, précise un article de Le Monde Afrique. Du côté du Palais d’Etoudi, où le président Paul Biya préside depuis trente-six ans aux destinées du pays, cette volonté d’internationaliser la solution au conflit suscite une franche réprobation et quelques commentaires acerbes. « La situation au Sud-Ouest et au Nord-Ouest ne menace en rien la paix et la sécurité internationale. Il y a des gens qui s’ennuient, dont la mission est de distiller le pessimisme et l’anxiété à haute dose dès qu’il s’agit de l’Afrique », juge un très proche du chef de l’Etat. A Paris, un diplomate s’inquiète de « l’escalade de la violence dans les régions anglophones », que « les durs du régime ont renforcé leur position après les élections » tout en estimant que « la situation est complexe » et que la discrétion demeure le meilleur moyen de faire évoluer Yaoundé.

Leave a Reply