• BOUTEFLIKA parti, le régime veut contrôler la transition…

Déjà en Tunisie, en 2011, la question était posée : le départ ou la fuite d’un Président suffit-il à changer l’ancien régime ? A cet égard, la démission finalement annoncée d’Abdelaziz Bouteflika, avant le 28 avril, est-elle une nouvelle “mannœuvre du pouvoir” pour gagner du temps et, au fond, garder le contrôle sur le mouvement populaire de transition entamé dans le pays début février ? Beaucoup en Algérie craignent que la mobilisation s’essoufle, donnant la possibilité aux anciens du régime – et à l’armée – de rester aux commandes. De son côté, interrogé sur France Info, Omar Belhouchet,directeur de publication du quotidien “El Watan”, estime que “nous allons nous diriger vers une transition politique qui permettra au pays de changer de système politique.”. Puis il précise : “il y a une porte qui s’ouvre vers l’avenir” et ‘”elle va se refermer sur tous ceux qui ont, par le passé, géré les affaires publiques”.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s