• NIGÉRIA : élections et extrême pauvreté

Alors que le président sortant, Muhammadu Buhari, a été réélu pour un deuxième mandat de quatre ans à la tête du Nigéria, la situation sociale du pays le plus peuplé d’Afrique (presque 200 millions d’habitants) présente d’importants contrastes. Benjamin Augé, chercheur associé au Centre Afrique subsaharienne de l’Institut français des relations internationales (IFRI), analyse dans Le Monde Afriqueles fractures qui traversent le géant africain. “Si, pour le grand public, l’image du Nigeria peut être celle d’un pays créatif avec des entreprises dynamiques (banques, pétrole, mode, cinéma, assurances…), ce n’est qu’une facette de ce pays. La réalité est tout autre : sur 196 millions d’habitants, 70 % vivent au-dessous du seuil de pauvreté. C’est un taux très élevé, supérieur à celui de la République démocratique du Congo. Ce pays fonctionne à l’inverse d’un Etat-providence, et les rentrées en devises n’y sont que très marginalement réinvesties dans la mise en place de services publics”. Qu’en est-il de la redistribution de la manne pétrolière ? “Depuis les années 1960, la classe politique s’enrichit sans construire un Etat, poursuit le chercheur. La captation de l’argent des ventes de pétrole est généralisée et profite à quelques tradeurs qui opèrent dans le secteur, mais surtout aux hommes politiques qui réinvestissent peu dans le pays et placent une bonne partie de leur fortune à l’étranger. Le président n’a pas réussi à endiguer cette corruption, alors qu’il s’était fait élire sur ce thème de campagne”.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s