• L’ARMÉE, “frère” du peuple algérien ?

Le site ORIENT XXI propose une analyse intéressante de Jean-Pierre Séréni sur l’armér algérienne dans la tourmlent des récents évènements. L’auteur rappelle notamment que “l’Armée nationale populaire (ANP) qui, depuis l’indépendance en 1962, a toujours été le décideur politique du pays en dernier ressort. Elle seule dispose d’assez de force pour faire face à la marée humaine qui envahit les villes du pays chaque semaine. La police, trop faible et trop proche de ses compatriotes, peut à peine protéger les deux sites symboliques que sont le palais présidentiel à Mouradia et le gouvernement au Forum”. Depuis le début de la mobilisation de la rue algérienne, cette armée a évolué dans ses positions officielles. Son chef, le général Ahmed Gaïd Salah, s’est d’abord rallié au cinquième mandat de Bouteflika. Trois jours avant le 8 mars, un point haut de la contestation, il a changé de discours et repris le thème favori de la rue : « Le peuple et l’armée sont frères ». Depuis, il s’est contenté d’insister sur l’unité entre civils et militaires. Un chose est sûre, cette armée forte et structurée jouera un rôle majeur dans la transition qui vient de s’engager en Algérie. Et la menace d’un scénario à l’égyptienne plane dorénavant sur Alger…

Leave a Reply