TUNISIE : une agriculture modélisée par la période coloniale

Dans le dernier numéro de “Faim et Développement” (CCFD Terre solidaire) un entretien édifiant avec Habib Ayeb, géographe et créateur de l’Observatoire de la souveraineté alimentaire et de l’environnement (OSAE). “Sous la pression des autorités coloniales, les cultures locales ont été évincées, les régions ont été spécialisées dans des productions destinées à l’exportation, les céréales au nord, les oliviers dans le Sahel, le vin au cap Bon, et la Tunisie a été introduite dans le régime alimentaire mondial”, explique le géographe. Depuis l’indépendance, l’Etat tunisien a poursuivi la même politique. Résultats : en 2019, “un tiers des terres est entre les mains de moins de 3 % des propriétaires (avec souvent du capital étranger) et le pays doit importer 50 % de son alimentation“. La Tunisie n’a donc aucun contrôle sur son modèle agricole. Or c’est bien dans les régions rurales de ce pays qu’est partie la révolution de 2011…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s