Les ONG doivent inventer des modèles alternatifs

Le dernier livre de Bruno George David “ONG, compassion à tous les rayons ?” (VA Press 2019) peut faire grincer quelques dents. Il a toutefois le mérite de pointer du doigt certaines dérives actuelles du monde des ONG. “La société civile s’interroge désormais sur leur capacité, au-delà des simples sollicitations pour des collectes de fonds, à porter leurs utopies et espérances, à les représenter, les soutenir”, note le président de Communications sans frontières. Puis, dans un entretien accordé au site FigaroVox, il précise : “En fondant exclusivement leur communication sur les mécanismes publicitaires et commerciaux, les ONG prennent le risque de distordre la réalité, de concourir à la désinformation. Et sur ce point, leur crédibilité est en jeu, elles qui ne parlent que de transparence. En tant qu’émanations de la société civile, il leur faut redonner toute leur place aux citoyens dans l’élaboration de leurs projets, sans oublier les générations passées et à venir, qui sont directement concernées par leurs décisions”. Un autre modèle est-il possible ? Au lieu de s’inspirer du marketing et de la publicité, les ONG auraient tout à gagner à élaborer de nouveaux modèles qui recréent du lien avec les citoyens, ici comme dans les pays où elles interviennent.

Leave a Reply