Classes moyennes dans les pays “émergents” : de qui parle-t-on ?

Depuis le début des années 2000, l’expression “classes moyennes” est utilisée dès qu’un pays en développement voit “émerger” certains indicateurs de son économie. Dans un “Papier de recherche” (Janvier 2019 – N° 89) de l’Agence française de développement (AFD) intitulé “L’essor des classes moyennes dans les pays en développement et émergents”, des chercheurs proposent une approche comparative menée dans 4 pays : le Brésil, la Côte d’Ivoire, la Turquie et le Vietnam. A l’épreuve de cette comparaison, le terme (valise) de “classe moyenne” dans les pays émergents apparait dans toute sa complexité, tout comme la catégorie de “revenu intermédiaire” à laquelle il est associé. Surtout, l’étude fait remarquer que le concept de “middle class” est aussi le produit combiné de deux motivations : celle des cabinets de consultance (McKinsey Global institute, en tête) et des grandes banques privées (Godman Sachs, notamment) qui ont souhaité valoriser “la perspective de nouveaux marchés de consommation (Consumer class) et d’épargne”. D’un autre côté, les Banques régionales de développement ont promu la catégorie de “classe moyenne globale” afin de “synthétiser un ensemble de changements productifs et distributifs” propres à stimuler la croissance dans “les pays à revenus intermédiaires”. A méditer…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s